WordPress

Le blog des élèves de 4e Turquoise

The child has one intuitive aim: self development

Le portrait-robot quésaco ?

Le portrait-robot est un outil, utilisé par des enquêteurs, lors d’une recherche criminelle qui représente approximativement, mais le plus précisément possible, le visage de la personne recherchée. Le portrait-robot est aussi une technique d’art utilisée par des artistes.

Histoire du portrait-robot 

Portrait-robot par collage de l’une des autrices.

Le portrait-robot, inventé en 1893, du vrai nom « système Bertillon » ou « Bertillonnage » a été inventé par Alphonse Bertillon (1853-1914), qui est aussi le fondateur du premier laboratoire de police d’identification criminelle et le créateur de l’anthropométrie judicaire.

En 1952, Roger Dambron remporte une médaille de bronze au concours Lépine (concours français d’invention) pour son invention, le « jeu des photo-robots » qu’il brevète en 1953. Le principe de ce jeu était de découper des morceaux de photos (nez, bouche, yeux, cheveux) puis les rassembler pour former un nouveau visage.

La technique du portrait-robot avait d’abord été découverte au Royaume-Uni, des années avant son apparition en France.  En 1953 cette invention a été pour la première fois utilisée dans le cadre de l’enquête sur le meurtre d’Eugénie Bertrand. Une photographie regroupant les principaux traits du suspect a été diffusée à toutes les polices de France, sans succès. Cette photo a été diffusée dans toute la presse et huit jours plus tard deux témoins se sont présentés à la police pour dire qu’ils pensaient avoir reconnu la personne sur la photo. Malheureusement cette personne fut confondue avec le vrai criminel.  Ce qui montre que la première utilisation du portrait-robot fut un échec. 

Recherche policière

Logiciel de construction de portrait-robot.

Dans une enquête policière, le portrait-robot d’un suspect est réalisé grâce aux informations obtenues sur les souvenirs d’un ou de plusieurs témoins qui auraient vu ou aperçu cette personne (ou la scène). La personne chargée d’élaborer le portrait-robot doit auparavant être informée, par les personnes qui mènent les investigations policières, des circonstances de l’infraction et des conditions dans lesquelles le témoin a été en contact avec le suspect. Un portrait-robot peut être aussi réalisé à la main, par un artiste. Cependant, l’appel d’un dessinateur est de plus en plus rare. Au début des années 1960, le besoin d’une méthode systématique, indépendante du talent d’un artiste, impose l’usage d’un système mécanique composé de plusieurs centaines de fragments caractéristiques pour dessiner un visage typiquement, des calques représentant des yeux, des bouches, des nez, des mentons, des fronts etc.

Un suspect…

Nous aussi, nous nous sommes confrontés à la difficulté de dessiner un visage. Pour visualiser nos criminels cliquez ici.

Mathilde Christiany et Pauline Steimle

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *