WordPress

Le blog des élèves de 4e Turquoise

The child has one intuitive aim: self development

Notre chapelle et son musée

La chapelle

Ancienne église, du XIIIe siècle à 1902.
Vue arrière de la chapelle, XXe siècle.

La chapelle et son sous-sol – où sont entreposées les œuvres historiques du collège – a été construite en 1220. La chapelle a été construite selon le style roman, puis détruite et reconstruite avec un style plus gothique.

Son musée

Le musée se situe dans la crypte juste en dessous de la chapelle. Il conserve des vestiges de l’église romane du Ve siècle.

Les œuvres 

Il y a plusieurs œuvres dans le musée de la chapelle. La plupart sont des œuvres religieuses, nous les avons partagées en 2 catégories : les statues et les tableaux. Mais il y a quand même des exceptions comme cette œuvre :


Étole ornée des armoiries de Mgr Elchinger.
(Remise par le chanoine Bernard Xibaut)

Cet habit liturgique appartenait à l’évêque Léon-Arthur Elchinger, auxiliaire de l’évêque de Strasbourg, Mgr Weber, de 1958 à 1966, puis évêque titulaire du diocèse de Strasbourg de 1966 à 1984.

Les statues

Nicolas de Haguenau, Piéta, sculpture sur bois, 1501.

La première statue que nous allons vous présenter est une Piéta. Elle a été sculptée en 1501 par Nicolas de Haguenau (1445-1538). Elle constituait la prédelle (partie inférieure) du retable qui surmontait le maître-autel réalisé pour la cathédrale de Strasbourg. Seul élément à avoir échappé à la destruction de la chapelle, avec une statue de saint Laurent, cette œuvre est parvenue à Saint-Etienne au XIXème siècle sans doute grâce à l’abbé Mühe ; elle a été restaurée en 1996.

Michel Debus, Saint Etienne.

Cette petite sculpture a été taillée durant ses loisirs par Michel Debus pour le collège dont il avait été un membre dévoué du comité de gestion. Michel Debus est un des maîtres de la bière alsacienne : il a été à la tête des brasseries Fischer et Adelshoffen de Schiltigheim durant un tiers de siècle.

Inconnu, Le christ gisant, XVe s.

Cette statue de gisant, qui avait été réduite en morceaux lors du bombardement de 1944, a été reconstituée par la maison Jaeger. La douleur du crucifié est soulignée par la position de ses membres et le désordre de sa barbe et de sa chevelure.

L’ostensoir est une pièce d’orfèvrerie souvent en forme de soleil, reposant sur un pied. Il est destiné à recevoir dans sa lunule (son réservoir) une hostie consacrée qui est ainsi exposée à l’adoration des fidèles.

Statuette de l’abbé Mühe par Philippe Grass

Philippe Grass, Statuette de l’abbé Mühe, XIXe s.

Grande figure de l’art sculptural alsacien, Philippe Grass (1801-1876) a notamment réalisé les statues de Kléber et de Lezay-Marnésia à Strasbourg, ainsi que de nombreux bustes.

Les tableaux

Saint-Etienne a été bombardé en 1944. Ce tableau a été peint par Ernest Schmitt.

Le tableau de la crucifixion

Cette toile, commandée en 1661 à un maître resté anonyme par la prieure du couvent Saintes Marguerite et Agnès, s’est retrouvée par la suite à Sainte-Madeleine. Restaurée en 1820 par un dénommé Diebold , elle a été acquise par l’abbé Mühe pour l’église Sainte-Etienne.

Gustave Lehmann, La façade de la chapelle Saint Etienne, dessin, 1944, Strasbourg.
Don fait au collège en 1976 par Mgr Eugène Fischer, archiprêtre de la cathédrale.

La façade de l’église est représentée telle qu’elle se présentait entre le début du XIXème siècle (démolition de la tour après 1802) et le bombardement du mois de septembre 1994.

Antoine Batzenhoffer, Hugo Klein et Luc Koenig

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *